Cité 19, tome 2: Zone Blanche

cite-19,-tome-2---zone-blanche-723835

Auteur: Stéphane Michaka

Éditeur: PKJ

Année d’édition: 2016

Genre:  Thriller historique, fantastique

Description: 

Faustine, une adolescente d’aujourd’hui, se retrouve brusquement plongée dans le XIXe siècle. Décor grandeur nature ? Voyage dans le temps ? La réalité est bien plus inquiétante… Tandis qu’elle s’enfonce dans les profondeurs de Cité 19, une ville qui ressemble à s’y méprendre au Paris du Second Empire, Faustine découvre qu’elle n’est pas la seule à vouloir détruire le simulacre. Mais elle doit faire vite : dans son laboratoire secret, le docteur Zapruder, qui a d’autres projets pour elle, guette le moindre faux pas de l’adolescente…

Avis:

Génialissime! Un vrai coup de coeur!!
C’est simple: depuis que j’ai commencé Cité 19, cette série m’obnubile autant pendant la lecture de ses deux tomes que lorsque je les referme! Et ici, face à la fin de la saga, je suis encore toute chamboulée par ce que je viens de quitter! Je peux même vous dire que j’ai tenté – sans trop de succès – de me freiner un peu dans ma lecture, dans l’espoir d’éloigner la fin tout en mourant d’impatience de la connaître!
J’ai adoré du début à la fin me replonger dans l’aventure de Faustine à travers le XIXe siècle! Déjà, notre héroïne prend dans ce tome toute son ampleur: elle est incroyable et parfaite dans son rôle! Mais en plus, grâce aux pouvoirs de Faustine, on a carrément l’impression de voir Cité 19 se modeler sous nos yeux au fur et à mesure que l’on dévore les lignes de ce roman, comme si nous participions pleinement à l’expérience: et c’est là qu’est tout le génie de Stéphane Michaka! Qui plus est, il parvient grâce à sa superbe plume à nous donner l’oeil expert en nous rendant accessibles avec des explications claires et précises l’histoire du Paris du XIXe siècle ainsi que la science du rêve exacerbée à l’extrême par Zapruder.

En bref: L’auteur nous offre ici une magnifique ode à l’Histoire du Second Empire ultra documentée et très convaincante car on ne peut s’empêcher de se plonger dans l’univers de Cité 19, là où le suspense se partage l’affiche avec l’addictivité. On est un peu triste d’abandonner Faustine qui est plus qu’une héroïne mais c’est le bonheur de cette fin qui nous permet de faire voyager notre imaginaire dans d’autres confins de l’Histoire! Merci M. Michaka!!

Points forts: Les personnages – le scénario – l’addictivité – la pédagogie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s