Rappel: Le Joyau, tome 1 et tome 2: La Rose blanche

Auteur: Amy Ewing

Éditeur: Collection R

Année d’édition: 2014 et 2015

Genre:  Dystopie, Fantastique…

Description du tome 1, Le Joyau:

Le Joyau, haut lieu et cœur de la cité solitaire, représente la richesse, la beauté, la royauté.

Mais pour une jeune fille pauvre comme Violet Lasting, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n’importe laquelle : Violet a été formée pour devenir Mère-Porteuse. Car dans le Joyau, le vrai luxe est la descendance…

Achetée lors de la Vente aux Enchères par la Duchesse du Lac, Violet-le lot 197, son nom officiel- va rapidement découvrir la réalité brutale qui se cache derrière l’étincelante façade du Joyau. S’exercer à la cruauté, à la trahison et aux coups bas est la distraction favorite de la noblesse. Violet doit accepter son sort et tâcher de rester en vie.

C’est pourtant dans ce sinistre quotidien qu’elle tombe amoureuse d’un séduisant garçon, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Cette relation interdite vaudra aux jeunes amants d’affronter les plus grands des dangers…

Avis:

Tome 1, Le Joyau:  Huum… en voilà une dystopie peu banale! Si c’est déjà un monde qui semble en dehors de toute réalité dont on a l’habitude, le sujet abordé en plus me semble assez neuf: peu des livres de ce genre parlent d’esclavage direct, encore moins d’esclavage du corps, même si c’est toujours une histoire de contrôle!
L’auteure en plus traite cette thématique pas facile avec une plume très agréable: ça se lit vite et surtout, on a toujours très envie de persévérer dans l’histoire.
Bon, je dois avouer qu’à certains moments, je me suis retrouvée un peu dans les paroles de Violet dans la première partie qui introduit en fait l’univers complexe dans lequel évolue cette mère porteuse: elle n’arrête pas de répéter à son arrivée dans le Joyau que celui-ci la rend « mal à l’aise »! On atterrit ici dans un monde très sombre dans lequel la cruauté règne en maître et où des pratiques qui m’ont paru « contre-natures » sont monnaie courante!
Esclavagiser des jeunes filles pour leur utérus est déjà un acte qui peut donner froid dans le dos mais lorsqu’en plus on rajoute des influences « magiques » sur le processus de la vie, ça devient limite glauque.
On arrive un peu à dépasser ce sentiment désagréable dans notre lecture à l’arrivée d’Ash – même si cela est un peu tardif! Le personnage, bien qu’il soit dans les mêmes conditions de vie que Violet, est un vrai rayon de soleil par l’espoir qu’il amène dans la vie de Violet.
Un autre personnage qui intrigue beaucoup, c’est Lucien. C’est lui qui amène toute l’intrigue en fait à l’histoire! C’est pareil pour Garnet: quel personnage bien mystérieux pour quelqu’un qui semblait si insipide en début d’histoire!

En bref: J’ai eu très peur au début de ce tome que ce monde trop sombre ne soit pas fait pour moi. Mais avec l’arrivée de la romance et de l’intrigue, le livre ne se lâche plus! Et cette fin…!

Tome 2, La Rose blanche: À la lecture du premier chapitre, je me suis dit: bon sang, ça commence aussi fort que ça l’a été dans le tome un! Ce qu’à la fois j’apprécie et me fait un peu peur chez Amy Ewing, c’est qu’elle ne nous ménage pas du tout.
Mais après la séparation nette et brutale avec un personnage que j’appréciais beaucoup – je n’en dis pas plus, il faut dire tout de même que ça se calme. Mais cela est sûrement lié au fait que Violet quitte le cercle le plus vicié de l’Île Solitaire. Dans cette fuite, il y avait d’ailleurs quelques moments que j’ai trouvés un peu longuets: peut-être parce qu’au final les difficultés sont un peu relatives. Mais c’est aussi grâce à cette fuite que l’on comprend mieux le monde créé par l’auteure et pas seulement la dure vie des mères porteuses: car ici, cette dernière se concentre également sur l’histoire d’Ash et des compagnons, sur celle de Lucien et des caméristes, et sur celle, on-ne-peut-plus jouissive, des débuts de l’Île Solitaire. Qu’il est bon de découvrir enfin les mystères qui entourent les pouvoirs des Augures!

En bref: L’écriture étant toujours aussi fluide, on prend donc toujours autant de plaisir à lire cette suite et on en aura encore à mon avis à lire le tome suivant, qui je l’espère arrivera bientôt car cette fin… c’est une torture!

Points forts de la série: Un univers livré dans tous ses aspects – le concept – l’addictivité

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s