Meurtre en Mésopotamie

meurtre-en-mesopotamie-772373

Auteur: Agatha Christie

Éditeur: Le livre de poche

Année d’édition: 2001

Genre:  Policier

Description: 

On en fait des mystères autour de la belle Mrs Leidner ! Elle est souffrante, paraît-il. Sujette à des crises…

Voilà qui est vague. Quel genre de crises ? Personne ne semble le savoir exactement. Ou plutôt, chacun se cantonne dans un silence lourd de sous-entendus. Mrs Leidner se drogue-t-elle ? Est-elle folle ? Ou simplement dépressive ? En tout cas, son mari qui dirige la mission archéologique de Tell Yarimjah a chargé miss Leatheran de veiller sur elle.

Mais que peut une infirmière pour une femme qui reçoit des menaces de mort ?

Avis:

Comme d’habitude, juger du Agatha Christie est une tâche bien ardue, qui demande beaucoup de réflexion pour en venir à une opinion qui nous semble bourrée de banalités. Car oui, l’auteure ne nous a clairement pas attendus pour éprouver son succès à chacune de ses sorties littéraires et chaque roman ne peut qu’apparaître que comme une réussite.

Une réussite encore une fois ici parce qu’une nouvelle fois, on se laisse totalement embarquer dans cette narration à la suite de Mlle Leatherman qui nous offre grâce à son compte-rendu un autre regard, autant plus féminin que plus bourru, sur les aventures de notre détective préféré, Hercule Poirot.

Réussite également dans le bluff apporté par la résolution de cette nouvelle affaire: il n’y a pas, Agatha Christie était faite pour le policier, pour nous donner le frisson jusqu’à la fin dans cette théâtralité magnifique qui pousse le suspense à son paroxysme – si bien qu’on pourrait parler d’art!

Seul petit bémol à mon goût que l’excellente plume de l’auteure ne parvient pas à me faire oublier – bien que je m’efforce de me raisonner en me disant « c’était une autre époque qui n’avait pas la rationalité d’aujourd’hui! »: j’ai trouvé qu’encore une fois, et peut-être même plus ici, le racisme était bien trop présent avec beaucoup d’idées arrêtées sur les pays d’Orient, même si fort heureusement le constat péjoratif est un peu atténué dans la conclusion.

En bref: On a une fois de plus affaire à une grande enquête du talentueux Hercule Poirot qui n’accepte de se laisser percer qu’à l’extrême fin, nous laissant encore une fois pantois d’admiration pour l’écriture de l’auteure: celle-ci nous laisse à peine le rôle de spectateur impuissant et accro au suspense!

Points forts: Le suspense – l’addictivité

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s