The Book of Ivy, Livre 1

the-book-of-ivy_-tome-1---the-book-of-ivy-852016

Auteur: Amy Engel

Éditeur: PKJ

Année d’édition: 2016

Genre:  Monde post-apocalyptique, Romance

Description:

Née pour trahir et faite pour tuer… sera-t-elle à la hauteur ?

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule mission : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Je me prépare pour ce moment depuis toujours. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes, car les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…

Avis:

Je comprends enfin le succès qu’a pu connaître cette saga post-apocalyptique dès sa sortie! Ma lecture m’a prouvé tous les bons points que cette duologie possède.
Et c’est avant tout son addictivité – j’ai l’impression que c’est le cas de toutes mes lectures en ce moment mais c’est bien, je ne m’ennuie pas même si le temps passe trop vite – car oui, il s’agit bien d’une question de temps: combien de temps cette lecture résiste-t-elle avant d’être dévorée d’une traite? Et bien, la réponse est simple: même pas une journée, tellement chaque chapitre appelait instamment la lecture du suivant!
Je pense que ce besoin si pressant venait avant tout de la forme et du fond qu’a pris ce récit! En effet, il faut savoir que si The Book of Ivy se présente comme une « dystopie » avec une société post-apocalyptique où la liberté est un peu bridée et contre laquelle tente de se rebeller notre héroïne, Ivy, l’auteure laisse peu de place je trouve à cet aspect de l’histoire car au lieu d’action pure et dure pour changer les choses, on a surtout les discours idéologiques d’Ivy!
Non, toute la partie la plus mise en avant par Amy Engel et qui attrape vraiment l’intérêt du lecteur car cela est fait avec talent, c’est la romance. Avec le contexte qui l’entoure, donc de monde post-apocalyptique et sous contrôle, on suit avec passion les étapes par lesquelles passent nos tout jeunes mariés.
Et si cela est aussi réussi, c’est aussi parce que nos deux mariés sont des héros d’exception! Car on ne peut que s’attacher à Ivy et à Bishop qui en fait ne luttent tous les deux que pour un seul but: la liberté d’aimer! Et c’est là où j’apprécie que la romance soit le point d’orgue car du coup, rien ne se passe facilement dans cette histoire d’amour qui à la fin a donc du corps et nous déchire dans les scènes finales.

En bref: The Book of Ivy m’a par beaucoup de côtés rappelé Delirium qui était un coup de coeur, car j’apprécie beaucoup qu’au lieu de lancer immédiatement ses personnages dans la lutte pour la liberté dans un univers post-apocalyptique, Amy Engel ait pris le temps de bien introduire ses protagonistes en approfondissant avec brio le lien spécial qui va unir Ivy et Bishop. Tout ça est purement addictif et me laisse pressée de connaître la suite et fin le mois prochain!

Points forts: L’addictivité – les personnages – la romance mesurée

Publicités

Un commentaire

  1. Pingback: Bilan de Mars 2017 | Langue de chat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s