La Fille-Sortilège

tmp_24830-la-fille-sortilege-8534771885321208

Auteur: Marie Pavlenko

Éditeur: Folio SF

Année d’édition: 2017

Genre:  Fantasy

Description:

La Cité des Six est une des plus puissantes Cités-États de l’Entre-Terre. Six Clans se la partagent et, grâce à la Magie, rien n’y manque.

Bannie, Érine vit chez les orklas, en marge de la ville. Elle subsiste en déterrant des cadavres sans savoir à quoi ils servent, ni à qui ils profitent.

Le jour où l’homme qui la paie disparaît, sa vie bascule. Entraînée malgré elle dans une histoire qui la dépasse, Érine va peu à peu découvrir le sombre secret que cache la Cité…

Avis:

Si je suis toujours aussi curieuse et enthousiaste de découvrir un nouveau roman de Marie Pavlenko, c’est que comme je l’ai dit par le passé: cette auteure a le don de me faire aimer tous les genres auxquels elle s’essaye à travers ses livres.

Si ici, elle réitère dans le genre de la fantasy qu’elle m’avait déjà fait aimé par le biais du Livre de Saskia, on a dans la Fille-Sortilège une toute autre façon de la traiter, façon qui fait ses preuves également. Car dans la saga autour de Saskia, on pouvait trouver des repères connus car Marie Pavlenko amenait une mythologie travaillée dans notre réalité, c’est tout à fait différent dans ce roman qui nous plonge dans un univers magique inconnu mais tout aussi riche. Aussi, ici, le décor dépeint et les personnages qui y évoluent sont beaucoup plus baignés de noirceur: l’auteure sait qu’elle peut atteindre un public mature et en conséquence, n’épargne aucun détail de ce sombre monde où la survie pousse vers le côté obscur. C’est vraiment cette maturité dans le scénario comme dans le propos – Marie Pavlenko nous fait entièrement confiance dans la compréhension de la belle langue de Molière qu’elle usite tout au long de son récit – que j’ai le plus apprécié au cours de ma lecture!

Mais après, ce n’est pas parce que l’auteure accorde une grande importance à donner à ses récits une si belle écriture qu’elle se cantonne à du descriptif, bien qu’il faut avouer que le premier tiers de La Fille-Sortilège y est consacré, et laisserait de côté l’action: car dès que l’histoire est bien campée sur ses bases, on suit vraiment Erine dans toutes ses péripéties et ça va à cent à l’heure. Donc oui, c’est une histoire on peut le dire qui ne peut que vous entraîner dans son monde!

En plus du décor et du scénario, vous découvrirez également des personnages très travaillés et malgré leur statut de fiction, faisant très réels, très humains! Encore une fois, car rien n’est caché même les sentiments les viles de la nature humaine! Et même chez notre héroïne Erine dont on partage le point de vue! On a face à nous une jeune femme forte et très intéressante même si pas forcément attachante… cela est peut-être du au fait qu’elle reste un petit mystère pour nous malgré le lien privilégié que nous partageons, car tous ses choix ne sont pas forcément évidents pour nous – dont celui de la fin, je l’avoue…

En bref: Marie Pavlenko nous livre encore une fois avec la Fille-Sortilège un très bon récit de fantasy avec un monde de magie très travaillé qui étudie en sous-main les plus noirs aspects de l’âme humaine. Si notre héroïne qui représente l’apothéose de cette lutte intérieure entre bien et mal, reste tout de même bien mystérieuse, elle ne peut que vous entraîner dans ses aventures! Attention par contre: fin ouverte!

Points forts: L’écriture très mature – le scénario travaillé – l’équilibre bon univers/action

Publicités

Un commentaire

  1. Pingback: Bilan de Mars 2017 | Langue de chat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s