Heartbreakers

the-heartbreakers--the-heartbreaker-chronicles--1--973038

Auteur: Ali Novak

Éditeur: Bayard

Année d’édition: 2017

Genre: Romance

Description:

Pour consoler Cara, leur sœur atteinte d’un cancer, Stella et Drew décident de se rendre à une séance de dédicaces de son groupe préféré, « Les Heartbreakers », pour lui rapporter un autographe. Dans un café, Stella rencontre un bel inconnu. Quelle n’est pas sa surprise quand elle découvre qu’il s’agit d’Oliver, le chanteur du groupe favori de sa sœur… Le garçon invite Stella et son frère à passer la soirée avec le groupe. Passionnée de photographie, Stella fait des clichés de la soirée. Oliver se montre charmant avec elle, mais la jeune fille se méfie. Quelques jours plus tard, l’attaché de presse des Heartbreakers appelle Stella pour lui proposer de les suivre en tournée, pour les prendre en photos et les poster sur un blog. Stella refuse, car elle craint de trop s’éloigner de sa sœur. Pourtant, Cara la force à accepter. Stella est donc séparée de sa sœur, et obligée de revoir Oliver. Leur attirance est évidente… Mais le chanteur est-il sincère ?

Avis:

C’est dingue tout de même! Dois-je vraiment commencer à me renseigner sur un quelconque traitement contre mon addiction aux choses toutes mimi et fleur bleue? Chez moi, c’est fou comme cela marche à coup sûr!

D’un premier abord, j’ai déjà été séduite par la couverture acidulée et surtout à la promesse très romantique.

J’avoue qu’en démarrant ma lecture, j’ai tout de suite assimilé que le scénario développé par Ali Novak ne serait pas exempt de clichés et de stéréotypes… et je n’avais pas tort! Car ce n’est pas l’originalité de l’histoire d’amour ni des personnages hors du commun qui vous feront aimer Heartbreakers…

Mais aussi bizarre que cela puisse paraître, cela fonctionne très bien… même extrêmement bien! Et là, comme avec d’autres romances, comme à chaque fois en fait – d’où mon soupçon de maladie d’amour! J’ai été irrésistiblement happée par l’histoire, à chercher dans chaque page ma dose de baisers, câlins… j’admets ne pas être totalement rassasiée mais bon…

Au final, je pense que l’auteure a su provoquer chez ses lecteurs cette avidité et cette addictivité tout simplement par sa plume fluide et légère, très réaliste des considérations adolescentes mais qui ose tout de même aborder de façon très juste des sujets graves tels que la gestion de la maladie au sein d’une fratrie soudée.

En bref: Ali Novak n’a pas vraiment misé sur l’originalité dans la création de l’histoire de Stella et son « Astrophil » car elle a su réutiliser tous les codes qui marquent toutes les romances…

Mais je veux bien croire qu’elle ait trouvé l’inspiration auprès de boys bands actuels car elle a réussi à instiller une pop acidulée à son récit ce qui n’a pu que le rendre plus entraînant et addictif! Attention tout de même parfois au côté un peu trop foufou et délirant digne d’une série de Gulli…

Points forts: L’addictivité – le côté très fleur bleue – le beau message pour la lutte contre le cancer.

Publicités

Un commentaire

  1. Pingback: Bilan Novembre 2017 | Langue de chat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s