Nouvelle-Sparte

nouvelle-sparte_J00683.indd

Auteur: Erik L’Homme

Éditeur: Gallimard

Année d’édition: 2017

Genre: Dystopie, Philosophie

Description:

Deux siècles après les Grands Bouleversements qui ont balayé le Monde-d’avant, Nouvelle-Sparte vit en paix au bord du lac Baïkal. Valère et Alexia, seize ans, se préparent à devenir pilotes d’élite quand une série d’attentats sème le chaos dans la cité modèle.Qui se cache derrière ces lâches attaques ? Les fanatiques du Darislam ? Les puissants Occidiens ?

Valère est chargé par le Directoire de mener l’enquête. Une mission périlleuse qui va le plonger dans les sombres entrailles de l’Occidie et faire voler son univers en éclats…

Avis:

En clôturant Nouvelle-Sparte, je suis partagée par plusieurs émotions dont peu sont positives – l’art de la litote…

Déjà, on ne peut pas retirer à l’œuvre d’Erik L’Homme qui nous intéresse ici qu’elle m’est apparue comme… (j’ai bien vu qu’il ne s’agissait d’un point de vue pour l’instant partagé que de moi-même)… surprenante! Alors cela est peut-être dû au fait que c’est le premier roman de l’auteur que je lis, ou bien qu’il s’est lancé dans une sorte de défi littéraire pour celui-ci… mais je n’ai pu qu’être déstabilisée par sa façon d’écrire! N’hésitez pas à me le dire si d’habitude sa plume est différente!

Car là, je crois bien avoir atteint ma limite de tolérance à la créativité littéraire… Je n’ai pourtant rien contre les langues inventées – j’ai adoré découvrir l’elfique, le louchebem… – mais je pense que cela s’arrête lorsque celles-ci n’ont plus de logique. Et il s’agissait peut-être ici d’un « trop »: Erik L’Homme réinvente toute une langue française (pourtant déjà belle) par des truchements qui nous font hésiter sur le vrai et le faux: dans toutes les phrases, se côtoient passé et présent, il y a outrance dans la création de nominatifs en -ance et surtout dans l’utilisation de tirets… et j’en passe et des meilleurs. Donc j’avoue oui, Erik L’Homme m’a perdue au cours de ma lecture!

Là où il aurait et a pu se rattraper et qui constitue le point fort de l’histoire, c’est qu’il a su mettre de l’action et du suspense: c’est grâce à ce point que j’ai décidé de faire abstraction de l’écriture spéciale pour finir le livre. Car le scénario si on l’étudie dans son ensemble, a de bons atouts et était fait pour passer de jolis messages dont celui de tolérance religieuse!

Mais malheureusement, de ce côté-là, le bas blesse un peu également: dans certains discours, on perd vite du naturel et cela se transforme alors en traité philosophique…

En bref:  Je conseille la lecture et l’utilisation pédagogique de Nouvelle-Sparte à tous les profs de philo qui traiteraient de religion ou de tolérance…

Un linguiste s’y arracherait plutôt les cheveux en tentant de décrypter cette langue française du futur pleine de -ance et de syntaxe bancale… et de tirets!

Fort heureusement, ce style peut vous plaire même si ce ne fut pas mon cas et vous permettre d’apprécier un scénario somme toute sympathique!

Points forts: Le suspense

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s