Eliza et ses monstres

eliza-et-ses-monstres-1022268

Auteur: Francesca Zappia

Éditeur: Collection R

Année d’édition: 2018

Genre:  Tranche-de-vie, Romance

Description:

Dans la vie de tous les jours, Eliza Mirk est une fille timide, intelligente, un peu étrange et… qui n’a pas d’amis.

Dans sa vie en ligne, Eliza est LadyConstellation, créatrice anonyme de La Mer infernale, un webcomic extrêmement populaire.

Avec des millions de followers et de fans à travers le monde, son alter ego est une véritable star.

Mais Eliza ne peut s’imaginer aimer le monde réel plus qu’elle n’aime sa communauté numérique.

Puis, un jour, Wallace Warland arrive dans son lycée et Eliza va vite se demander si la vie ne mérite pas d’être vécue hors ligne…

Avis:

Oh là là! Heureusement qu’il y avait Wallace! Wallace sauve cette histoire!

Bon, j’ai conscience qu’il est difficile pour une lecture de passer après un coup de cœur… mais j’ai bien essayé pour cette chronique d’isoler mon ressenti pour ma lecture!

Bien-sûr, il y a beaucoup de positif à dire sur Eliza et ses monstres! Déjà, le scénario est très bien travaillé: il parle à la fois des difficultés de se construire lorsqu’on est adolescent, face au monde adulte, face au deuil, face aux responsabilités… mais aussi de la gestion d’une carrière artistique ou plutôt d’auteurs.

Et comme cela est parsemé de dessins provenant de l’auteure elle-même et introduisant une histoire dans l’histoire… l’histoire n’en apparaît que plus criante de vérités! Mais pour le coup, j’ai été tout de même un peu perdue par la double-narration car les dessins n’étaient qu’épisodiques et pour avoir plus de détails sur l’histoire d’Amity, il faut se fier à des résumés donnés par Eliza au cours de la narration principale de façon trop sporadique et désordonnée!

Et maintenant, je dois passer au gros point noir selon moi de ce livre: son héroïne! Si elle est censée représenter l’adolescente incomprise de tous, c’était peut-être trop poussé à l’extrême. Je vous le dis comme je le pense: c’est une tête à claques – même si c’est peut-être mon côté mère de famille qui parle! Si elle est isolée et incomprise, c’est par sa seule faute! Mais on remercie l’auteure d’avoir amené Wallace dans sa vie comme dans notre lecture: il est celui qui rétablit l’équilibre et rend le scénario bien plus prenant! Et au final, on se retrouve à saliver pour connaître la fin et surtout les révélations que vont avoir chacun des personnages.

En bref: On a face à nous une histoire complexe, faite d’une double-narration dont l’une est illustrée avec un très bon trait de crayon (Bravo Mme Zappia!), avec des sujets très importants et matures. Pour autant, j’ai trouvé qu’il manquait quelque chose à cette (ces) histoire(s): peut-être une héroïne moins difficile, à qui l’on puisse s’identifier plus facilement…

Les points forts: le concept de double-narration – les dessins – le personnage de Wallace.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s