Noir comme la mer

9782226392114-j

Auteur: Mary Higgins Clark

Éditeur: Albin Michel

Année d’édition: 2017

Genre:  « Policier »

Description:

La croisière promettait d’être sublime. Mais peu après avoir levé l’ancre, le luxueux Queen Charlotte est le théâtre d’un mystérieux assassinat : celui de lady Em, une riche octogénaire. Et son inestimable collier d’émeraudes, censé avoir appartenu à Cléopâtre, a disparu…
Le coupable est à bord, sans aucun doute. Mais qui est-ce ? Son assistante apparemment dévouée ? Le jeune avocat qui voulait persuader lady Em de rendre le collier à l’Égypte, son propriétaire légitime ? Ou Célia Kilbride, l’experte en pierres précieuses qui s’était liée avec la vieille dame ? La liste des suspects s’allonge au fur et à mesure que le Queen Charlotte fend les flots et que la croisière tourne au drame.

Avis:

C’est par le biais de ce livre, et surtout grâce au cadeau avisé d’une amie, que je me suis lancée à la découverte de cette auteure mondialement connue et reconnue qu’est Mary Higgins Clark. Et bien, il faut dire que ce fut une jolie découverte!

Ce qui m’a plu d’emblée dans ce roman, c’est l’écriture de l’auteure: elle a un style à la fois rythmé par l’ingénieuse structure en courts chapitres, mais aussi d’une grande douceur. C’est ce qu’il y a de plus (positivement) surprenant, je trouve: elle nous parle bel et bien de meurtres, mais le ton est, si vous me permettez de filer la métaphore de la croisière, aussi calme qu’un long fleuve tranquille!

Mary Higgins Clark, peut-être en choisissant le thème de la croisière, est également parvenue, grâce à son écriture selon moi, à rendre son récit intemporel! Si ce n’est par quelques références aux réseaux sociaux ou aux smartphones, mais fort peu nombreuses, on pouvait placer l’intrigue autant de nos jours qu’à bord d’un des rivaux du Titanic en temps d’avant-guerre: cela nous entraîne dans une petite parenthèse de l’Histoire…

En parlant d’intrigue, celle-ci est bien travaillée, nous proposant beaucoup de personnages qui nous inspirent divers sentiments et sont autant de suspects… Mais l’intrigue a aussi un côté, si ce mot peut convenir, très sympathique: elle ne nous inspire ni frisson dans le dos ni émotions négatives.

Il faut dire également que si le suspense est bien présent et laisse planer le doute sur le meurtrier jusqu’à la fin, il n’est pas non plus spectaculaire: en fait, grâce aux indices parsemés dès le début, la liste des suspects se réduit vite comme peau de chagrin…

En bref: En bref, nul doute que Madame Clark est douée dans son métier: grâce à son écriture fluide et douce, j’ai beaucoup apprécié ma lecture de Noir comme la mer qui était une première pour moi! Et grâce à un suspense bien dosé mais pas non plus écrasant, j’ai pu me trouver assez bonne au jeu de Cluedo qu’elle met en place. Cela m’a donné envie de continuer ma découverte de l’auteure!

Points forts: L’écriture  en douceur – l’intrigue intemporelle

Publicités

Un commentaire

  1. Pingback: Bilan de Septembre 2018 | Langue de chat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s