Le Mystère de la chambre jaune

le-mystere-de-la-chambre-jaune-73753

Auteur: Gaston Leroux

Éditeur: Le livre de poche jeunesse

Année d’édition: 2014 (1e édition: 1907)

Genre:  Policier

Description:

La porte de la chambre fermée à clef « de l’intérieur », les volets de l’unique fenêtre fermés, eux aussi, « de l’intérieur », pas de cheminée…

Qui a tenté de tuer Mlle Stangerson et, surtout, par où l’assassin a-t-il pu quitter la chambre jaune?

C’est le jeune reporter Rouletabille, limier surdoué et raisonnant par « le bon bout de la raison, ce bon bout que l’on reconnait à ce que rien ne peut le faire craquer », qui va trouver la solution de cet affolant problème, au terme d’une enquête fertile en aventures et en rebondissements. Tenant en haleine le lecteur de la première à la dernière page, le Mystère de la chambre jaune est devenu un classique du roman criminel.

Avis:

Si vous commencez à me connaître, vous n’êtes pas sans savoir mon goût pour le mystère – tant qu’il ne tend pas trop vers l’horrifique tout de même! Il m’est alors paru tout à fait naturel lorsque j’ai dû choisir un classique parmi ceux pour le challenge #BackToSchool2018 d’aller vers celui dans cette promesse était dans le titre.

Et l’on peut dire que dans ce roman, question mystère, j’ai été servie sur un plateau d’argent! Je peux même affirmer que dans toutes mes lectures policières précédentes, je n’ai jamais rencontré intrigue aussi complexe, tellement nouée que lorsque l’on pense tenir la clé, on se découvre en fait à des années lumières de la vérité… Alors cela oui, il y a du suspense à souhait! C’est même selon moi le plus gros point positif de cette histoire… on peut le dire un peu tordue dans son genre.

Son côté « tordu » me semble-t-il, elle le doit en grande part à son héros, vu à travers les yeux du narrateur, être lambda qui ne voit rien de rien tout comme nous… Le héros donc: Rouletabille… Le dépatouilleur de mystère ou l’embrouilleur de lecteur au choix! Il faut une sacrée force de volonté pour arriver à percer le caractère de cet uluberlu. Et pourtant, on le doit bien, tant il est au cœur de l’énigme… Pourtant, pour moi, rien n’est fait pour le rendre réellement sympathique… pas plus que les autres protagonistes… Et cela est bien dommage…

Mais c’est bien Rouletabille qui impose son rythme, sa cadence à ce scénario qui est écrit dans un style très oral en fait: il m’a donné une forte impression d’assister à une crise d’épilepsie, avec ses phrases inachevées, sa cavalcade folle aux trousses d’un « assassin » sur un tempo tantôt mollo tantôt saccadé…

En bref:  Le Mystère de la chambre jaune est un roman qui comme son nom l’indique, nous plonge à travers un mystère des plus total. Un mystère qui nous apparaîtrait jusqu’à la fin bien insoluble, si ce n’était le moment de gloire promis en introduction du très (très) dynamique jeune reporter Rouletabille. J’ai simplement trouvé dommage que les sautes d’humeur et les logiques un peu biaisées de notre héros viennent quelque peu gâcher l’intrigue pleine d’un suspense excellemment dosé… Dernier point négatif et je m’arrête… L’édition un peu trop explicative que j’ai achetée…

Points forts: L’intrigue bourré d’un suspense intense

Publicités

Un commentaire

  1. Pingback: Bilan de Septembre 2018 | Langue de chat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s