Le théorème des Katherine

le-theoreme-des-katherine-1118553

Auteur: John Green

Éditeur: PKJ

Année d’édition: 2018

Genre:  Tranche de vie, Romance

Description:

Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux.
Dix-neuf fois la fille s’appelait Katherine.
Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy, et surtout pas Catherine, mais KATHERINE.
Et dix-neuf fois, il s’est fait larguer.

Avis:

La révélation John Green!

Oui je sais, je fais partie de ces fous/folles qui n’avaient jamais rien lu de cet auteur… déjà il faut le dire, par peur de me noyer dans un torrent de larmes à cause de Nos étoiles contraires – qu’il faudra donc que je lise accompagnée de mes bons amis kleenex!

Et donc, à la clôture du Théorème des Katherine, et même dès les premiers instants de ma lecture, je me suis aperçue de mon erreur: ce roman vaut plus que tout le détour… et pour un tas de bonnes raisons!

Tout d’abord, il y a l’écriture de John Green: elle est si spéciale! Pour moi, faire une histoire parallèle en commentant l’histoire principale depuis les notes de bas de page relève du coup de génie! Mais surtout, ce qui fait la grande réussite de son style d’écriture, c’est qu’il est bourré d’humour.

Cela est dû clairement au nombreuses situations cocasses dans lesquelles l’auteur entraîne ses personnages. C’est un peu un défi fou qu’il a réalisé en faisant apparaître à nos yeux un surdoué qui tente de tout rationaliser et son meilleur ami fou de religion et un brin flemmard comme des protagonistes d’une coolitude absolue. Soyons clair et net: j’ai adoré Colin, j’ai adoré le voir se dépatouiller de son cercle vicieux pro-Katherine et j’ai adoré voir ses amitiés évoluer avec Hassan et Lindsey!

Même si le scénario (contrairement au futur d’une relation amoureuse) peut paraître quelque peu prévisible, je n’ai pas boudé mon plaisir à chaque étape franchie. Et cela donne donc un roadtrip – qui n’en n’est pas vraiment un – tout à fait convaincant et addictif!

 

En bref:C’est un vrai moment de plaisir que j’ai éprouvé à la lecture du Théorème des Katherine. On pourrait s’effrayer en le feuilletant d’apercevoir autant de graphiques et de formules, mais n’hésitez pas: pour ma part, je n’ai jamais vu problème de maths aussi désopilant! Cette lecture m’a mis le pied à l’étrier concernant John Green et je ne suis pas prête à m’arrêter en si bon chemin, après la découverte de son humour, de son écriture addictive et de ses personnages géniaux (Colin est bel et bien un génie quoi qu’il en dise!).

Les points forts: L’écriture addictive et pleine d’humour – les personnages convaincants et terriblement attachants.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s