La Mort a ses raisons

la-mort-a-ses-raisons-964465

Auteur: Sophie Hannah

Éditeur: Le livre de poche

Année d’édition: 2016

Genre:  Policier

Description:

Hercule Poirot et l’inspecteur Catchpool n’ont jamais rencontré lady Athelinda Playford. C’est donc empreints de curiosité qu’ils se rendent dans le comté de Cork pour prendre part à une réception organisée par cette dernière en son domaine de Clonakilty. Aucun d’eux ne sait pourquoi il a été invité.

Mais lors du dîner et à la surprise générale, lady Playford annonce avoir modifié les clauses de son testament : elle a décidé de déshériter ses deux enfants en faveur de son secrétaire qui n’a plus que quelques semaines à vivre.

Poirot et Catchpool comprennent alors que leur invitation n’est pas le fruit du hasard et que lady Playford craint de voir un meurtre se perpétuer sous son toit. Mais pourquoi, dans ce cas, provoquer ainsi son assemblée et qui plus est, en la présence d’un éventuel meurtrier ?

Le crime est commis et ce, malgré les efforts déployés par Hercule Poirot pour l’empêcher. Mais la mort a ses raisons que notre détective ignore. Pour le moment…

Avis:

Pour parler d’un pastiche réussi, il faut que celui-ci soit excellent: si j’avais eu cette très bonne impression avec les romans sur Sherlock Holmes de Nicolas Meyer, ici, avec Hercule Poirot, c’est encore une fois une pleine réussite selon moi!

Il n’y a pas, j’ai la certitude que pour un lecteur non averti, l’écriture de Sophie Hannah passe très facilement pour du bon Agatha Christie. Après tout, tout y est: une intrigue noueuse et imprévisible à souhait, une écriture qui nous fait remonter le temps aux plus belles heures du célèbre détective à moustaches, et cela d’un trait plus que convaincant, et même des protagonistes qui entourent Poirot, dignes des belles enquêtes de la maîtresse du crime, tous des caractères affinés au cordeau.

C’est donc un très bel hommage que l’on trouve ici, déjà en étudiant ce scénario: comme Agatha Christie, l’auteure est parvenue à totalement nous embarquer en attendant les derniers instants de cette histoire pour nous livrer la clé du mystère. On dévore chaque page en espérant acquérir le moindre indice qui permettra de nous mettre un tant soit peu sur la voie! Mais le suspense est tellement haletant dû à ce scénario mouvant qu’il nous est bien impossible de prédire la fin qu’Hercule Poirot nous livre. Et l’on se sent tout aussi bête que Catchpool devant l’évidence du nœud de l’intrigue… Attention tout de même à cette petite fin ouverte!

En parlant de Catchpool, j’ai beaucoup apprécié qu’il soit le narrateur de l’histoire, ayant ainsi pour nous un personnage avec de la matière, et non un quelconque benêt qui suivrait docilement Poirot sans émettre aucune réflexion (nous avions déjà vu des Conree ou des O’Dwyer!). Dommage qu’à la fin, il soit un peu fatigué dans son rôle et laisse l’entièreté de la scène finale au héros à moustaches… Quant à celui-ci, pour laisser libre pensée à notre narrateur, je l’ai trouvé assez effacé dans les deux premières parties mais il est toujours agréable d’être témoin de son caractère insolite. Aussi, comme je le disais précédemment, les autres personnages étaient tout à fait crédibles dans cette intrigue, et même un petit bonus pour Lady Athie Playford, le plus bel hommage que pouvait faire l’auteure à son inspiratrice à mon humble avis (et bien oui… Agatha Christie, la crinière blanche bouclée, écrivaine…!).

En bref: Sophie Hannah a fait un très bon travail dans cet hommage qu’elle a voulu rendre à la maîtresse du policier, la mère d’Hercule Poirot. Elle produit ici une énigme plus que convaincante qui nous perd et nous tient en haleine jusqu’à la révélation finale faite par le célèbre détective. D’autant que la narration est tenue de main de maître par un personnage au cerveau pas du tout racorni. Cela fait honneur à ses sources d’inspiration, comme ce fut le cas pour les autres personnages d’ailleurs! Cette histoire m’a convaincue de voir où la nouvelle écrivaine pouvait mener la petite matière grise de notre moustachu de Poirot!

Points forts: L’intrigue travaillée – le suspense – le narrateur.

Publicités

Un commentaire

  1. Pingback: Bilan de Mars 2019 | Langue de chat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s