Crime en toutes lettres

crime-en-toutes-lettres-1102787

Auteur: Sophie Hannah

Éditeur: Le Masque

Année d’édition: 2018

Genre:  Policier

Description:

Hercule Poirot découvre une femme l’attendant devant sa porte, furieuse qu’il l’ait accusée du meurtre de Barnaby Pandy, un homme qu’elle n’a jamais rencontré. Poirot est sous le choc, il ne connaît pas non plus cet homme. Une deuxième surprise l’attend à son bureau, lorsque John McCrodden lui annonce avoir reçu une lettre signée de Poirot, l’accusant du meurtre de Pandy.

Avis:

A.B.C. contre Poirot étant l’un des Agatha Christie que je préfère, vous vous doutez bien qu’une autre histoire de missives énigmatiques allait me plaire!

Et encore une fois, on peut dire que Sophie Hannah a su relever brillamment le défi de reprendre à son compte et de nous offrir un rendu authentique autour du célèbre détective déjà mille fois péblicité du temps de sa mère biologique et géniale. On retrouve ainsi le même plaisir que dans l’originale grâce à cette écriture toujours aussi convaincante! Je suis en effet toujours convaincue par la bonne narration incarnée par la personne d’Edward Catchpool, même si sa prise de parole se fait un peu comme un cheveu (qui n’est pas de Poirot) sur la soupe.

Effectivement, c’est un personnage auquel il est fort mal aisé de ne pas s’attacher, notamment puisque c’est une bonne nature, intelligent, débrouillard, qui n’est pas dévalorisé dans l’ombre d’Hercule Poirot. Mais ce n’est pas tout: dans sa bouche et avec ses mots, l’histoire prend parfois des accents un peu débonnaires qui étaient absents des écrits d’Agatha Christie, mais au final, ne sont pas désagréables à la lecture et amènent même la Hannah’s touch, sa signature.

D’autre part, nous avons toujours un Poirot bluffant qui amène l’intrigue à son paroxysme en dévoilant par petites touches le résultat ingénieux du travail de ces petites cellules grises. Là où on voit que c’est un Hercule Poirot réussi, c’est lorsque l’on croit dur comme fer tout au long de l’histoire avoir tout décodé, et que l’on se retrouve comme deux ronds de flan après une révélation finale magistralement orchestrée! Une fois n’est pas coutume: c’était le cas aussi ici! Et j’applaudis pour ce suspense!

En bref: Il est très facile de voir pourquoi les héritiers d’Agatha Christie ont accordé à Sophie Hannah de prolonger les aventures d’Hercule Poirot: elle est douée pour cela! Grâce à elle et comme dans l’original, on a le droit à une intrigue savamment nouée, pleine de suspense (garanti!), narrée par un narrateur idéal qui ne disparaît pas derrière le génie de « Monsieur Pawrrot ». À travers ce dédale de lettres et de potentiels meurtriers, je n’y ai vu que du feu (même sur les choses que je croyais avoir devinées…)!

Points forts: L’intrigue qui rajoute Poirot au puzzle – la narration active

Publicités

Un commentaire

  1. Pingback: Bilan de Mars 2019 | Langue de chat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s