Josh et Hazel, ou comment ne pas tomber amoureux…

9782755641905

Auteur: Christina Lauren

Éditeur: Hugo New Romance

Année d’édition: 2019

Genre:  Romance

Description:

Hazel sait qu’elle n’est pas facile à vivre – et franchement, la plupart des hommes ne sont pas prêts à relever le défi. Si son armée d’animaux domestiques et son goût prononcé pour l’absurde ne les font pas fuir, son absence de filtre la conduit systématiquement à dire ce qu’il ne faut pas dans les moments délicats. Tant pis pour eux. Hazel est une belle personne. Josh connaît Hazel depuis la fac, à un moment où son allégresse loufoque était totalement incompatible avec son caractère à lui, calme et dans la retenue. Depuis le premier soir où ils se sont rencontrés – quand elle lui a avoué de but en blanc qu’elle  » serait honorée de (lui) offrir (son) corps  » – jusqu’au jour où elle lui vomit avec grâce sur les chaussures, Josh a toujours pensé qu’Hazel relevait plus du spectacle que de l’être humain. Cependant, dix ans plus tard, après une relation houleuse avec une fille qui l’a trompé, sortir avec Hazel est une vraie bouffée d’air frais. Non que Josh et Hazel sortent ensemble. Du moins, pas ensemble ensemble. Parce qu’organiser en duo une série de  » double dates  » de plus en plus terribles, signifie bien qu’il n’y a rien entre eux… n’est-ce pas ?

Avis:

Avec ma lecture de l’histoire de Josh et Hazel, c’était mon premier test de l’écriture de ce duo d’auteures qu’est Christina Lauren – oui, oui moi aussi, cela m’a abasourdie de savoir que deux personnes se cachaient derrière ce livre! Et je dois dire que cette chronique n’a pas été des plus faciles à faire et m’a demandé une bonne réflexion avant de m’y mettre… et en même temps, je ne suis toujours pas sûre d’avoir fixé mon avis…

Vous l’aurez peut-être compris: c’est un avis un peu mitigé que m’inspire ce roman… Car oui, j’ai globalement apprécié ma lecture comme à chaque fois qu’on parle romance mais cela, je le dois à mon cœur d’artichaut qui me fait trouver très mignonne chaque scène où des êtres se rapprochent. Et il n’y a pas: ce qui lie Josh et Hazel donne une histoire très mignonne! Tellement mignonne en fait qu’on peut se poser la question de la présence du « new » dans la romance… À part quelques scènes que j’ai même du mal à appeler « érotiques », nous avons une histoire quasiment essentiellement tournée autour du développement des sentiments entre nos deux protagonistes. Et ce n’est pas quelque chose de mal car cela nous procure un attachement à ces personnages! Pour autant, on peut dire que ces sentiments prennent vraiment leur temps pour évoluer et j’avoue avoir eu du mal à garder intact mon enthousiasme des débuts…

Et je pense que le souci (mineur) que j’ai eu avec ce roman se situe à ce point-là: à force de vouloir ramener de la profondeur quasi perfectionniste, l’écriture a quelque peu perdu un dynamisme et nous nous retrouvons avec un récit qui contient quelques… platitudes malheureusement… Tout semble si logique depuis le début que chaque obstacle s’essouffle vite!

Et ce manque de peps se ressent même sur les personnages à qui pourtant on s’est attachés… Je ne rentrerai pas dans les détails des raisons qui m’ont fait percevoir Josh comme un mec un brin coincé car son caractère est somme toute peu surprenant. Non, là où j’ai eu une petite déception, c’est sur Hazel: Hazel qui promettait en préambule d’être un vrai petit feu d’artifice qui pimenterait l’histoire par son grain de folie contagieux! Et bien… Le feu s’est vite adouci, limité par ses peurs qui bien que très compréhensibles, auraient mérité d’être vaillamment combattues! Au lieu de quoi notre héroïne se laisse trop souvent dicter sa conduite et sa folie se cantonne à quelques excentricités bien innocentes. Dommage!

En bref:J’ai eu beaucoup de mal à vous parler de mon avis sur l’histoire de Josh et et Hazel car de premier abord, je n’arrivais pas à en faire sortir quelque chose de criant: il n’y avait ni points forts marquants, ni défauts rédhibitoires sur lesquels m’appuyer. Car oui, nous avons une histoire d’amour (et un chouïa plus si affinités) qui mène bon an, mal an sa barque sans faire de vagues: aucun remous dans le caractère des personnages, aucune mer vraiment déchaînée qui pourrait empêcher l’éclosion de l’amour entre nous deux héros… Si seulement la folie d’Hazel avait été plus démonstrative!

Points forts: La mignonnitude de l’histoire – sa morale

Publicités

Un commentaire

  1. Pingback: Bilan de Juin 2019 | Langue de chat

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s