Les mystères de Larispem, tome 3: L’élixir ultime


Auteur: Lucie Pierrat-Pajot

Éditeur: Gallimard Jeunesse

Année d’édition: 2018

Genre: Uchronie, rétro-futurisme, fantastique

Description:

La comtesse Vérité rêve de posséder l’élixir ultime permettant de contrôler les foules par la seule pensée. Qui pourra arrêter celle qui s’apprête à déclencher une guerre internationale, à la veille du nouveau siècle? Nathanaël, parti à la recherche de ses origines hors de Larispem? Liberté, enfermée dans la sinistre prison de la Petite Roquette? Ou Carmine, tiraillée entre son indéfectible amitié et sa loyauté envers les louchébems?


Avis:

*Salve d’applaudissements pour ce clap de fin*

Car oui, nous pouvons saluer en faisant crier les voxomatons, cette ingénieuse conclusion à cette saga: Lucie Pierrat-Pajot a réussi à développer un univers si intéressant, rempli de tellement d’inventions qui surpasseraient les rêves d’un Jules Verne… si intéressant aussi par le choix du style de l’uchronie qui nous permet de voir de manière très ludique autrement l’histoire de France!

En clair, c’est un univers où on a une nouvelle fois plaisir à se retrouver, un univers bien que fantastique qui reste on ne peut plus convaincant! Cela est dû en grande part à l’art de la narration par l’auteure: dans un style loin d’être pompeux, qui n’a pu que nous entraîner!

Et surtout, c’est un style ultra rythmé: comme dans les deux précédents opus, l’action est en marche dès les premières lignes, avec des protagonistes littéralement dans « le feu de l’action », et on ne quitte à aucun moment cette cadence. Cela nous permet ici en plus de fouiller un peu plus les recoins de Larispem plein d’originalité, de visiter une France qu’on ne l’a jamais vue dans les livres d’Histoire.

Bien sûr, l’action ne fait pas tout et d’addictivité de cette histoire peut provenir également de la qualité scénaristique: sans forcément faire appel au suspense car nous nous doutions un peu de l’issue d’une telle aventure, Mme Pierrat-Pajot parvient à tenir son lecteur en haleine.

Enfin, je pense que l’amour porté à cette histoire tient également en grande partie à la sympathie de ces personnages dont Nathanaël, Carmine et Liberté sont les stars. On a aimé tout au long de cette saga les voir évoluer que ce soit dans leur péripéties ou dans leur caractère en gagnant tous en maturité!

En bref: En bref, je crois bien qu’à la clôture de la série des Mystères de Larispem, j’ai le double sentiment, d’un côté du bonheur d’avoir découvert une uchronie sensationnelle aux personnages attachants, et de l’autre du manque qu’il va y avoir à laisser derrière moi cet univers convaincant et addictif car il nous plonge en totale immersion… Car oui, lerdemuche, qui après cette lecture ne s’est pas totalement immergé, si bien qu’il s’est mit à jurer en louchébem?

Merci et félicitations à Lucie Pierrat-Pajot d’avoir achevé une si intéressante série!!

Points forts: Le scénario convaincant- l’écriture dans un style uchronique – l’addictivité

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s